C'est aujourd'hui la journée internationale des femmes et des filles de science. Une journée de célébration sous l'égide de l'ONU qui vise à promouvoir l'égalité des genres dans les domaines des sciences, technologie, ingénierie, mathématiques (STEM) dans le cadre d'objectifs de développement internationaux.

Les données de 2017/2018 sur les admissions à l'université au Royaume-Uni montrent que le taux d'inscription des étudiantes dans les disciplines STEM se situe autour d'un tiers. En sciences physiques, le nombre est légèrement plus élevé, à 39 %, alors qu'en informatique et en ingénierie, il est de 19 %.

La tendance est la même à travers l'Europe. En 2019, les admissions dans les établissements d'enseignement supérieur européens comptaient plus de femmes que d'hommes mais les diplômes dans les domaines des STEM comptaient généralement deux hommes pour chaque femme diplômée.

Nous avons interrogé plusieurs chimistes de NCH sur ce qui a suscité leur intérêt pour la science, sur leur expérience en tant que scientifique et sur ce que la science leur a apporté dans leur vie professionnelle.

Sarra BSarra Boyd BSc (Hons) CChem
Chimiste en charge de l'assistance technique - Europe

Ce sont mes parents qui m'ont d'abord initié à la science. Tous deux sont issus d'un milieu scientifique et m'ont montré à quel point la science est intéressante et abondante dans notre vie quotidienne. Il existe de très nombreuses disciplines scientifiques à étudier et différentes façons d'exploiter le savoir acquis. Dans le cas de la chimie, il y a le travail technique poussé, comme chez NCH, pour développer des nettoyants et des lubrifiants qui nécessite des connaissances scientifiques spécifiques mais la cuisine est aussi une forme de chimie.

Quand j'étais jeune, j'ai été inspirée par plusieurs scientifiques, comme Marie Curie. Mais la personne qui m'a le plus influencée est ma mère, qui est physicienne. J'ai toujours était meilleure en physique mais ma mère m'a encouragée à poursuivre une carrière dans une discipline qui me plaisait vraiment, j'ai donc choisi la chimie.

Les sciences sont passionnantes, avec de nombreuses disciplines et des métiers variés. Il y a beaucoup de femmes scientifiques de nos jours, à différents postes, qui contribuent à forger nos modes de vie.

Je suis chimiste chez NCH, chargée de l'assistance technique aux chimistes de nos différentes filiales en Europe. Cela consiste principalement à gérer les fiches de données de sécurité, les notifications des centres antipoison et les étiquettes des produits. J'ai aussi un rôle de conseil pour nos produits chimiques et leurs utilisations. Sans mon diplôme de chimie, je ne pourrais pas faire ce travail.

Zsuzsanna LZsuzsanna Liko
Responsable Marketing - Hongrie

Depuis toute petite, j'ai toujours été entourée par des scientifiques. Dans ma famille proche, ma mère et mon frère sont tous les deux des scientifiques et ma famille élargie en compte davantage. Aussi, m'orienter vers les sciences a été presque naturel pour moi quand j'étais jeune. La chimie est un domaine que je trouve à la fois intéressant et magnifique. Cette affinité m'a permis de poursuivre des études de chimie.

Cela a été déterminant pour ma carrière chez NCH, où je travaille depuis presque 20 ans. J'ai commencé à un poste impliquant une plus grande part de pratique en chimie avant de m'orienter de plus en plus vers le marketing ces dernières années.

Ma carrière chez NCH représente le temps nécessaire à toute une génération pour naître, être éduquée et diplômée. Il est évident que pour les femmes de cette génération, l'accès à la science a été beaucoup plus facile qu'il y a 100 ans. Mais même aujourd'hui, si quelqu'un trouve une branche de la science masculine, cela ne devrait pas l'empêcher de l'étudier.

Quand j'étais étudiante, j'ai été inspirée par deux scientifiques : Albert Szent-Györgyi, qui fût le premier a isolé la vitamine C, et György Oláh, qui a obtenu le prix Nobel pour sa contribution à la chimie des carbocations. Aujourd'hui, il y a de nombreux scientifiques qui font un travail admirable mais j'aimerais particulièrement mentionner la scientifique hongroise Katalin Karikó dont les travaux ont grandement contribué à la mise au point d'un vaccin contre la COVID-19, réduisant ainsi la durée de la pandémie.

J'espère que la science va pouvoir continuer à améliorer le monde et à mieux respecter notre planète.

Mandeep HMandeep Hare
Coordinatrice du marketing technique - NCH Royaume-Uni et Irlande

C'est au lycée que j'ai commencé à m'intéresser à la science comme moyen de découvrir le monde qui m'entoure. J'ai choisi la chimie, la biologie humaine et les mathématiques comme matières principales pour le baccalauréat puis j'ai suivi des études de chimie appliquée à l'Université d'Aston.

Je suis passionnée par la chimie car elle permet de comprendre tout ce qui nous entoure et tout ce que nous faisons. Mes études m'aident au quotidien dans mon travail chez NCH. Elles me donnent une meilleure compréhension de la composition des produits chimiques que nous fabriquons ainsi que leur classification, leur étiquetage, etc.

Les études de chimie permettent également d'acquérir de nombreuses compétences pratiques qui sont utiles au-delà des études et de la recherche. La résolution de problèmes, la gestion du temps, l'organisation, l'exploitation statistique et la manipulation de grandes quantités de données sont autant de compétences que j'ai développées lors de mes études.

J'encourage les filles et les jeunes femmes intéressées par les disciplines scientifiques à faire carrière dans ces domaines. Il y a un très grand choix de disciplines à explorer et les compétences développées sont utiles dans de nombreux aspects de la vie quotidienne.

Les évènements de l'année dernière ont montré l'importance de la science pour la société. La virologie et l'immunologie jouent un rôle central pour décider des mesures à prendre pendant la pandémie et pour nous permettre de retrouver une vie normale. Le dévouement des scientifiques et du personnel de santé est une réelle source d'inspiration.

La coopération nécessaire pour développer et déployer un vaccin en si peu de temps illustre ce que la science peut apporter à la société et le rôle déterminant qu'elle joue sur l'amélioration des conditions de vie. 

Sylvie MSylvie Morrève
Chef de produit Water Treatment - Europe

Lors de ma première leçon de chimie, à l'âge de 11 ans, je me rappelle m'être dit : « C'est ça que je veux faire ! ». J'ai eu un bon professeur qui a rendu la chimie intéressante et qui a éveillé ma curiosité naturelle. Pour moi, la chimie avait vraiment le facteur Waouh !

Ma curiosité pour la science a été une grande motivation et je crois que toute personne ayant un esprit curieux peut trouver un sujet scientifique à étudier. Il n'y a rien de plus enthousiasmant ! Les études scientifiques exigent que nous adoptions de nombreux points de vue et lignes de pensée et cela fonctionne mieux lorsque les femmes et les hommes s’engagent ensemble dans le processus car ils apportent des observations différentes qui aident à « équilibrer l'équation ».

J'ai occupé différents poste chez NCH. J'ai commencé dans le laboratoire de Ripley, au Royaume-Uni, par faire des analyses, avant d'évoluer vers des fonctions d'assistance technique plus larges puis de travailler pour la plateforme Water Treatment. Tous ces postes nécessitent une bonne connaissance scientifique et une bonne connaissance des applications sur le terrain. La réussite de NCH repose sur la qualité de la collaboration entre de nombreuses disciplines scientifiques ainsi que sur la qualité de la recherche, des innovations et du développement de technologies brevetées.

La science ne peut avancer sans points de vue différents. L'un des scientifiques qui m'a le plus inspiré est le chimiste français Antoine Béchamp. Contrairement à la théorie la plus répandue de Louis Pasteur selon laquelle tous les germes sont des agents pathogènes qui doivent être éliminés (la théorie des germes), il a affirmé que les microorganismes étaient opportunistes et non pas tous des agents pathogènes (la théorie du terrain). Malgré l'importance de la pasteurisation, Béchamp avait raison. Sa théorie, et son héritage, ont permis de comprendre le besoin de pousser les recherches dans le domaine des maladies chroniques.

Et bien sûr, impossible d'ignorer le rôle de Marie Curie dans la reconnaissance de la femme dans la science. Les filles et femmes de science dans les domaines des STEM lui doivent beaucoup.

 


Chez NCH, nous pensons que la science est à la base de la réussite dans nos vies professionnelle et personnelle. En tant que telle, elle ne devrait pas être l'affaire d'un groupe ou d'un autre. La meilleure façon d'avancer est de le faire ensemble. Nous sommes fiers du rôle que nos chimistes jouent dans le succès de notre entreprise et nous nous réjouissons d'accueillir davantage de femmes scientifiques dans ce secteur d’activité au cours des prochaines années.