Les bactéries FreeFlow de NCH Europe traitent les effluents des campus universitaires

Le ménage n’est pas la priorité n°1 des étudiants. Si vous avez déjà vécu en résidence universitaire, vous savez que les révisions et les sorties arrosées sont souvent plus importantes ! Cependant les universités sont légalement tenues de traiter les eaux usées qu’elles produisent, et l’augmentation de la taille des campus universitaires complique le traitement des effluents. 

Aujourd’hui, les campus universitaires britanniques font la taille de petites villes et comprennent des logements, des salles d’amphithéâtres, des bibliothèques, des bars et des restaurants générant de grandes quantités d’eaux usées. Le problème, c’est que lorsque la matière organique s’accumule et se décompose dans les effluents, des odeurs nauséabondes se forment, gênant les étudiants, le personnel et les visiteurs.

En plus des mauvaises odeurs, les eaux usées représentent un coût financier direct. En effet, les campus paient une redevance annuelle pour conserver une « licence » de rejet des effluents. Et si les campus dépassent les limites strictes des paramètres d’eaux usées, déterminées par la loi britannique Water Industry Act 1991, ils doivent s’acquitter de lourdes amendes.

Les campus font face à un autre défi de taille : les pics d’activité tels que la rentrée ou l’arrivée des beaux jours (fréquentation accrue des bars et des restaurants). Lors de ces pics d’activité, il est difficile de prévoir la quantité de déchets ; il est donc essentiel que le traitement des eaux usées soit flexible.

Nous pensons souvent aux bactéries comme quelque chose de négatif, que nous devons éliminer pour « nettoyer » ou « assainir ». Cependant, les nouvelles bactéries actives contenues dans les granulés FreeFlow et les systèmes BioAmp de NCH Europe sont précisément un excellent moyen pour traiter et assainir les effluents. Ces bactéries sont actives à partir du moment où elles entrent dans le réseau d’eaux usées, ce qui signifie qu’elles sont instantanément efficaces et parfaites pour les périodes de pic d’activité.

NCH Europe offre différents systèmes biologiques, adaptés à tous types de besoins. Par exemple, FreeFlow 50 est un équipement permettant d’appliquer automatiquement FreeFlow Liquid, une solution biologique contenant 10 souches de bactéries Bacillus qui éliminent les déchets organiques en toute sécurité. Le fait que l’équipement soit automatique permet non seulement de réduire les coûts ; mais cela aide également à éviter l’erreur humaine, minimisant les risques d’un dosage incorrect et donc d’amendes potentielles. FreeFlow 100, solution premium beaucoup plus puissante, contient un produit biologique et des nutriments, permettant de booster la croissance et la performance des bactéries pour un traitement plus efficace, notamment pour réduire les graisses et les déchets organiques.

Le point commun entre les cuisines des étudiants et les réseaux d’eaux usées des universités traités par NCH ? Les bouillons de culture de bactéries. Sauf que dans le deuxième cas, les bactéries FreeFlow ne sont pas un problème, mais une solution ! Il est essentiel que les universités mettent en place des systèmes d’eaux usées efficaces, surtout lors des pics d’activité, afin d’éviter les amendes coûteuses et d’endommager leur réputation à cause d’odeurs nauséabondes. Qui aurait cru que les bactéries puissent être aussi utiles ?