Souvent négligée, la bonne lubrification des équipements et machines industriels permet pourtant une meilleure exploitation et une plus grande efficacité tout en limitant les problèmes associés aux températures élevées, au frottement, à l’usure, à la corrosion et aux pressions extrêmes. Si au moins 70 % des graisses sont à base de lithium, les graisses multi-usage plus récentes à base de sulfonate de calcium offrent de meilleures performances. Comment s’y retrouver parmi la multitude de références produits présentes sur le marché ?

1. Résistance aux charges lourdes

De nos jours, nous attendons beaucoup des graisses. Des environnements ultrapropres et climatisés aux usines avec des machines industrielles, en passant par les applications d’extérieur dans lesquelles les convoyeurs, les poulies et les roues-pelles subissent de lourdes charges, la graisse doit être performante.

Soumises à ces contraintes, les graisses de moindre qualité perdent rapidement de leur intégrité structurelle et fuient de l’équipement sous le poids des charges en raison de la force de gravité et de la pression élevée, qu’elles se trouvent sur le roulement d’une pompe industrielle ou sur l’axe du godet d’une pelleteuse.

Pour pallier à ce problème, NCH Europe a développé K NATE, une graisse à base de sulfonate de calcium aux propriétés uniques. Composée d’un mélange d’agentsadhésifs, K NATE contient des polymères adhésifs qui lui permettent de coller au métal environnant ainsi que des polymères cohésifs qui permettent à ses molécules de se coller entre elles. Grâce à cette formule, la graisse minimise les effets de l’usure excessive et des chocs dus aux charges lourdes, tout en résistant à une charge de soudure de plus de 800 kg (test d’usure 4 billes).

2. Résistance aux températures et aux frottements extrêmes

La plupart des gens savent que 70 % de l’usure mécanique se produit lors du démarrage à froid. Le contact métal contre métal entraîne un frottement avant même que le lubrifiant ait le temps de circuler et recouvrir les surfaces internes, ce qui peut se traduire par une rapide montée en température à plus de 1 000 °C, soudant ensemble des pièces maîtresses.

Les températures de contact extrêmes, associées à la température de fonctionnement et à la chaleur ambiante, peuvent entraîner des défaillances graves, comme par exemple dans les aciéries où se trouvent des hauts fourneaux, des fours à arc, des machines de coulée, des grues, des chariots transbordeurs et des moteurs de laminage. Cela entraîne des périodes d’immobilisation prolongée, de la graisse carbonisée et des engrenages non protégés.

Lorsque vous choisissez une graisse résistante à la chaleur et au frottement adaptée à votre application, optez pour un produit avec une température de mise en œuvre et un point de goutte élevés, associés à une forte résistance aux pressions extrêmes. Par exemple, K NATE permet une lubrification efficace de -30 à 200 °C en continu et jusqu’à 230 °C par intermittence. De plus, K NATE présente un point de goutte – température à laquelle la graisse passe de l’état semi-solide à l’état liquide – de 288 °C, ce qui réduit la consommation de graisse et prolonge la protection.

Les charges lourdes associées aux températures élevées et au frottement entraînent une pression extrême. C’est pourquoi notre graisse contient des agents EP qui réagissent à la chaleur et dissipent la pression en introduisant une fine couche de lubrifiant. Cette couche comble les espaces entre les aspérités (projections rugueuses présentes à la surface des métaux à l’échelle atomique), même sur les surfaces polies en miroir. Cette lubrification permet aux surfaces de glisser les unes sur les autres, réduisant l’usure et prolongeant la vie de la pièce.

3. Résistance à la contamination

L’eau, la poussière et la corrosion sont les 3 principales causes de panne des équipements industriels. Quel que soit vos efforts pour minimiser l’exposition, la graisse est soumise à ces problèmes.

Si vous avez déjà réparé, entretenu ou remplacé un moteur, vous êtes conscient des dégâts causés par la poussière et les particules en suspension dans l’air. Les usines d’emballage et de transformation du carton et du papier sont particulièrement sujettes à ce genre de problème et, malgré la meilleure ventilation possible et la meilleure protection contre les contaminants, la poussière peut s’infiltrer dans les carters de moteur et, avec le temps, boucher les filtres à air et entraîner la surchauffe des bobines.

De même, la saleté et d’autres matières organiques peuvent se mélanger à la graisse qui se transforme alors en un abrasif suffisamment puissant pour rayer les engrenages, piquer leur denture et entraîner la prolifération microbienne à long terme.

Par ailleurs, lors de l’exposition aux conditions climatiques en extérieur, ou à la vapeur et à la condensation dans les usines, l’eau entraîne la graisse, laissant les surfaces non protégées. C’est l’une des raisons pour lesquelles les usines de production qui fonctionnent en continu ne peuvent jamais s’arrêter vraiment mais doivent réaliser l’entretien par phases. En cas d’arrêt total, la lubrification se dissipe, laissant place à la corrosion, et l’équipement se grippe à la reprise de l’exploitation.

K NATE est spécifiquement formulée pour résister à l’eau avec un délavage à l’eau limité à 0,5 % contre plus de 5 % pour les graisses de base. Elle contient également des inhibiteurs de corrosion qui forment une barrière de protection contre les contaminants d’origine extérieure et intérieure.

Même si vous effectuez la maintenance régulière et la réparation de vos machines et équipements, l’utilisation d’une graisse de bonne qualité fait toute la différence. Rappelez-vous, la résistance à la chaleur, aux charges lourdes et à la contamination sont les 3 caractéristiques à rechercher dans une graisse.