Peter Crossen, Vice-Président des plateformes d’innovation Maintenance et Partsmaster de NCH Europe, fournisseur en solutions pour l’eau, l’énergie et la maintenance, présente les 3 principaux critères de sélection d’un dégraissant industriel efficace.

Il est facile de négliger des aspects importants d’un processus tant que le résultat obtenu est acceptable. Par exemple, vous ne prêtez pas attention à un PC en état de marche, jusqu’à ce qu’il cesse de fonctionner. Il en est de même avec les dégraissants, auxquels on ne réfléchit pas à deux fois malgré le rôle crucial qu’ils jouent dans le bon fonctionnement des machines.

A titre d’exemple, l’élimination des saletés accumulées en cours de fonctionnement peut réduire considérablement la consommation d’énergie. Une couche de saletés de seulement 0,25 mm d’épaisseur sur le serpentin d’un échangeur de chaleur peut à elle seule entraîner une surconsommation d’électricité de 40 %, ce qui augmente les coûts d’exploitation des entreprises.

Le choix du dégraissant adapté à une application donnée permet de réaliser des économies d’exploitation tout en respectant la règlementation, un point souvent négligé. Il y a 3 critères de base à prendre en compte pour tirer le meilleur parti des dégraissants.

Compatibilité avec la surface

La première étape d’un dégraissage efficace consiste à vérifier la compatibilité entre la surface à nettoyer et le dégraissant. Les surfaces en verre, par exemple, exige l’utilisation de produit sans silicate afin d’éviter leur érosion.

L’observation régulière de l’état de la surface et de l’efficacité du dégraissant permet de s’assurer que la solution utilisée donne les résultats escomptés.

Composition du dégraissant : aqueux ou à base de solvant ?

Le choix entre un dégraissant aqueux et un dégraissant à base de solvant n’est pas uniquement une question d’écologie.

Les dégraissants à base de solvant ont longtemps occupé la première place sur le marché, avec des formules chimiques capables de dissoudre la graisse et d’éliminer les contaminants récalcitrants des pièces et des équipements. Le problème est qu’ils contiennent des composés organiques volatiles (COV) extrêmement dangereux pour la santé. Dans les espaces confinés, par exemple, ces dégraissants produisent des vapeurs nocives par inhalation et nécessitent donc le port d’équipements de protection individuelle (EPI) adaptés. Il faut aussi tenir compte de l’impact sur l’environnement de certains dégraissants à base de solvant et de leur inflammabilité.

Les dégraissants aqueux, comme la gamme Aqua-Sol de NCH Europe, constituent une bonne alternative. Tandis que les dégraissants à base de solvant solubilisent et dissolvent la graisse, les dégraissants aqueux émulsionnent les saletés grâce aux dernières technologies en matière de surfactants et accélèrent le processus grâce à des agents pénétrants. Tout aussi efficaces que leurs équivalents à base de solvant, ils sont ininflammables, disponibles sous forme concentrée et ne dégagent pas de vapeurs dangereuses, ce qui les rend compatibles avec des applications dans les espaces confinés.

Ceci étant, les dégraissants à base d’eau ont aussi leurs limites. Ils ne conviennent pas aux applications électroniques ni électriques alors que les dégraissants à base de solvant, avec une rigidité diélectrique (le point auquel un liquide conduit le courant électrique) élevée et une évaporation rapide permettent une prompte utilisation des équipements électriques après nettoyage.

Conformité règlementaire

Les substances utilisables sur une surface donnée sont réglementées selon le secteur d’activité concerné.

Par exemple, dans l’industrie alimentaire, les dégraissants doivent avoir la certification NSF A1, indiquant qu’ils peuvent être utilisés dans les zones de transformation des aliments.
La quantité de COV stockés sur site est également réglementée selon les secteurs. Le recours à des dégraissants aqueux (à faible teneur en COV) peut permettre d’être en conformité avec la règlementation.

Le meilleur moyen de s’en assurer est d’investir dans des dégraissants spécifiques à un secteur donné. Vous avez alors le choix entre faire vous-même des recherches ou faire appel à un spécialiste en solutions de maintenance comme NCH Europe pour faire une étude de site.

S’il est facile de prendre pour argent comptant un produit de base de la maintenance industrielle comme un dégraissant, les directeurs d’usine qui choisissent avec soin leurs produits et en évaluent l’efficacité récoltent les fruits de leurs efforts : meilleure efficacité énergétique, fiabilité d’exploitation et coûts de production minimaux. Autrement dit, la sélection attentive des dégraissants est payante.