Bien que les dégraissants soient souvent classés dans la même catégorie, ils ne sont pas tous les mêmes. Ils ont chacun leurs propriétés et leurs avantages. Peter Crossen, Vice-Président des plateformes d’innovation Maintenance et Partsmaster de NCH Europe, fournisseur en solutions pour l’eau, l’énergie et la maintenance, montre que les dégraissants à base de solvant ne sont pas la seule option possible.

Le dégraissage fait partie des bonnes pratiques de maintenance, notamment parce que les saletés peuvent masquer des défauts qui pourraient entraîner des coûts d’immobilisation ou une augmentation des coûts de maintenance s’ils n’étaient pas décelés.

Les économies liées à un bon dégraissage ne se limitent pas à la réduction des coûts de maintenance. Une couche de saletés de seulement 0,25 mm d’épaisseur sur le serpentin d’un échangeur de chaleur peut à elle seule entraîner une surconsommation d’électricité de 40 %. Malgré cela, les techniciens ne semblent pas s’y retrouver face à l’offre pléthorique de dégraissants sur le marché alors que choisir un produit adapté à une application donnée est la clé pour économiser.

Les dégraissants à base de solvant ont longtemps dominé le marché, ce qui explique pourquoi les entreprises ont largement ignoré le développement des alternatives aqueuses. Les dégraissants aqueux contiennent des surfactants pour émulsifier les saletés grasses accumulées et des agents pénétrants pour accélérer leur action.

Comparativement aux produits à base de solvant, ils peuvent être utilisés sans risque sur de nombreuses surfaces, comme le plastique et le caoutchouc. Avec un pH neutre, comme Aqua-Sol Neutra Split de NCH Europe, ils n’endommagent pas les surfaces traitées et réduisent les risques lors de la manipulation et le stockage, ce qui va dans le sens de certaines règlementations sur la manipulation, le transport, le stockage et l’étiquetage.

Les dégraissants aqueux sont également très économiques. Grâce à leur composition, ils sont transportés sous forme concentrée et peuvent être dilués jusqu’au 1:500e.

Il existe une telle variété de dégraissants aqueux qu’il est souvent plus facile de trouver celui qui convient à vos besoins que de trouver un produit à base de solvant et ils sont tout aussi efficaces. A titre d’exemple, la gamme Aqua-Sol de NCH Europe propose un produit sans silicate en aérosol qui peut être utilisé dans toutes les directions pour nettoyer efficacement les pièces difficiles d’accès, même à proximité de surfaces en verre. Son pouvoir moussant assure un temps de contact maximal sur la surface et empêche les coulures sur les parois verticales.

Les dégraissants aqueux constituent également une alternative plus respectueuse de l’environnement et plus sûre pour l’utilisateur. L’inhalation des vapeurs dégagées par les dégraissants à base de solvant représente un risque pour la santé tandis que leur teneur élevée en composés organiques volatiles (COV) peut vous faire enfreindre la loi sur le stockage. Les dégraissants aqueux ne dégagent pas de vapeurs, ont une teneur faible voire nulle en COV et sont ininflammables.

Ils ne sont pas moins efficaces pour autant. Aqua-Sol Power, par exemple, est le dégraissant le plus puissant jamais développé par NCH Europe. Ce produit aqueux intègre la dernière technologie en matière de surfactants pour rompre les liaisons chimiques mêmes les plus résistantes qui fixent les saletés grasses aux surfaces.

Les dégraissants aqueux sont également parfaits pour l’industrie alimentaire. Tout produit utilisé dans une usine de transformation des aliments, y compris les dégraissants, doit être de qualité alimentaire pour éliminer le risque de contamination. Ainsi, le dégraissant choisi doit être certifié NSF, comme c’est le cas de l’ensemble de la gamme proposée par NCH Europe. Très peu de dégraissants à base de solvant obtiennent cette certification.

Bien sûr, les dégraissants à base de solvant ont encore leur place. En électronique, par exemple, il ne serait pas raisonnable de vaporiser un produit constitué principalement d’eau, d’autant qu’il est crucial que le dégraissant utilisé s’évapore rapidement. Un tel cas de figure montre bien que les dégraissants aqueux ne remplaceront jamais complètement leurs homologues à base de solvant mais ils viennent compléter l’offre et permettent de travailler en toute sécurité, efficacement, avec un impact réduit sur l’environnement.

La dépendance de nombreuses entreprises aux produits à base de solvant dangereux pour l’environnement est injustifiée. Plus elle dure, plus l’impact sur l’environnement est élevé, sans parler de l’espace de stockage nécessaire, plus important que pour des produits concentrés, des coûts supplémentaires inutiles et des risques pour l’utilisateur comme pour les surfaces traitées.

Un peu de changement peut être très bénéfique, alors pourquoi garder de vieilles habitudes plutôt que d’adopter le progrès et obtenir de meilleurs résultats ? Les dégraissants aqueux, les dégraissants à base de solvant et les produits spécialisés ont tous leur place mais il est peut-être temps de réfléchir à ce qui est le plus adapté à la tâche à réaliser.