L’approche préventive assure la meilleure protection anticorrosion

Il est à la fois bénéfique et décourageant de prendre du recul sur certains problèmes. Comprendre ce qui aurait pu être fait différemment est certes avantageux, mais cette connaissance n’aide pas souvent à sortir de l’impasse. Cela s’applique particulièrement bien au secteur de la maintenance industrielle : les ingénieurs passent la plupart de leur temps à solutionner des problèmes de rouille et de corrosion qui auraient pu être évités avec de simples mesures préventives. Peter Crossen, vice-président de la plateforme Maintenance et Partsmaster de NCH Europe, spécialiste des solutions pour l’eau, l’énergie et la maintenance, nous explique pourquoi.

La plupart des professionnels ont l’impression que la rouille est une conséquence inévitable de la production. Qu’il s’agisse du retour instantané de la rouille sur les infrastructures des centres de production, ou de canalisations corrodées dans l’industrie chimique, il y a souvent une certaine tolérance face à la rouille. Et les traitements antirouille ne sont effectués que lorsque la rouille finit par ralentir la production.

Avec cette approche curative, les risques d’endommagement des équipements et des infrastructures, voire de remplacement des pièces, sont accrus. D’après George F Hayes, membre de l’organisation mondiale de la corrosion (World Corrosion Organization), la corrosion coûte 2 200 milliards de dollars à travers le monde. Pourtant, une grande partie de ces coûts pourrait être évitée avec une approche préventive et une protection efficace des équipements et des structures.

La rouille est omniprésente
Certes, il est souvent difficile de détecter les premières taches de rouille, et même les meilleurs spécialistes de la maintenance peuvent passer à côté de marques de corrosion. Par ailleurs, il n’est pas toujours évident d’effectuer régulièrement des inspections.

Lorsque les humains se familiarisent avec leur environnement, le phénomène dit de « normalité rampante » se produit. Il s’agit d’un concept psychologique intéressant décrivant l’acceptation inconsciente à une situation progressive de changement.

Ainsi, lorsque la rouille et la corrosion s’accumulent lentement sur les canalisations d’une usine chimique, ou sur des chaînes, le problème n’est généralement pas traité, jusqu’à l’endommagement sévère des structures.

C’est pourquoi NCH Europe effectue des études sur site pour détecter les problèmes de rouille et identifier les dangers potentiels. L’étude sur site nous permet également d’offrir des solutions adaptées aux applications spécifiques de nos clients. Par ailleurs, nous conseillons à ces derniers d’investir dans une approche globale, afin d’évaluer et de prévenir les risques de rouille et de corrosion.

A cet effet, NCH Europe a développé un programme de traitement complet qui offre une triple action contre la rouille. En utilisant des produits de prétraitement, d'encapsulation ou de décapage de la rouille et des revêtements, les ingénieurs peuvent maintenir un contrôle durable de la rouille et de la corrosion.

Solution en trois étapes

La première étape, l’étape du prétraitement, est sans doute la plus importante et consiste à éliminer toute partie friable de rouille sur la surface à traiter, en utilisant un dégraissant industriel, afin d’assurer l’efficacité maximale du traitement.

La seconde étape consiste à traiter la rouille. Bien que la rouille friable ait été retirée lors de la première étape, les effets de la corrosion sous-jacente demeurent présents et peuvent présenter un risque pour l'intégrité de l'infrastructure. En utilisant un produit de traitement antirouille efficace, cette corrosion peut être évitée.

Toutefois, pour empêcher la surface traitée de rouiller à nouveau, il est essentiel d’appliquer un revêtement, permanent ou temporaire, empêchant l’humidité de s’infiltrer.

Ce programme en trois étapes peut sembler fastidieux. C'est pourquoi il est préférable d’utiliser des produits de prévention durables et efficaces même en conditions difficiles.

Dans cette optique, nous avons développé Salvage 2+ pour durer plus longtemps et simplifier le processus de traitement antirouille pour les structures permanentes. Grâce à sa composition durable en époxy résineux mélangé avec des microparticules d’aluminium et de verre, le produit combine les étapes de traitement et de revêtement. Il peut être appliqué directement sur des surfaces rouillées pour encapsuler la rouille et stopper sa progression.

Soumis au test de brouillard salin, Salvage 2+ a atteint une résistance à la corrosion dépassant les 3000 heures. C’est six fois plus longtemps que certains revêtements concurrents sur le marché.

Certes, il est à la fois bénéfique et décourageant de prendre du recul sur certains problèmes. Mais si vous mettez en place un programme efficace de prévention de la rouille, alors vous serez ravis d’analyser les progrès de vos process de maintenance.