Avez-vous déjà admiré un funambule dans un cirque ? Cette démonstration de grâce et d’équilibre peut en laisser plus d’un stupéfait mais pour les professionnels du traitement de l’eau, ce n’est qu’une représentation physique de la difficulté de leur travail ! Le Dr Simona Vasilescu, de la plateforme d’innovation Water Treatment de NCH Europe, fournisseur en solutions pour l’eau, l’énergie et la maintenance, explore les mystères de la chimie.

Un traitement de l’eau efficace est un équilibre à trouver entre précision, sensibilisation et connaissances. Quelqu’un qui n’est pas directement impliqué dans le processus peut avoir l’impression qu’il s’agit simplement de verser une solution dans le circuit d’une tour aéroréfrigérante et de passer à autre chose, alors qu’en réalité, le processus repose entièrement sur la précision et la connaissance de l’eau présente dans le circuit. Un mauvais dosage rend le traitement inefficace, ce qui peut avoir des conséquences lourdes, comme un dépassement du seuil autorisé de légionelles.

La première étape pour maîtriser l’art du traitement de l’eau consiste à identifier les problèmes spécifiques. Par exemple, il peut s’agir de la présence de légionelles dans le circuit ou de calcium dans l’alimentation en eau. Dans ce dernier cas, il s’agit de combattre le tartre, pas la corrosion.

De même, si un technicien prépare une solution dosée à 1 partie par million (ppm) alors que le circuit nécessite une concentration de 3 ppm, le traitement est inefficace. S’il est crucial de bien calculer les quantités nécessaires, d’autres facteurs doivent également être pris en compte pour rendre le traitement efficace.

Temps de demi-séjour

Le temps de demi-séjour d’une solution peut, par exemple, invalider une stratégie de traitement pourtant efficace. La concentration d’une solution diminue avec le temps car, d’une part, de l’eau s’évapore dans la tour et, d’autre part, de l’eau est purgée. C’est pourquoi il est important de bien tenir compte des besoins de la tour. Dans le cas contraire, vous risquez d’utiliser les bons produits mais en quantité trop faible pour maintenir les concentrations à un niveau suffisant pendant une durée suffisante pour que les biocides agissent.

Dans certains cas, il faut plusieurs heures à un biocide pour être pleinement efficace. Si le débit de purge d’une tour est associé à un temps de demi-séjour de 2 heures pour un biocide à une concentration de 300 ppm, le produit ne commence pas à agir avant d’avoir perdu plus de 50 % de son efficacité.

Pour pallier à ce problème, les techniciens peuvent calculer le temps de demi-séjour à l’aide d’une équation basée sur le débit de purge et doser le produit en conséquence. Selon le résultat de ce calcul, la concentration en antitartre pour traiter les 300 ppm de calcium et empêcher le tartre n’est plus de 10 ppm mais doit être augmentée.

Fluctuations

Evidemment, il n’est pas toujours possible d’identifier les problèmes avec une telle précision et il est fréquent d’observer des fluctuations, ce qui peut aggraver la contamination et avoir des conséquences sur les solutions de traitement.

Par exemple, une concentration de calcium à 300 ppm peut être facilement traitée par une concentration d’antitartre à 10 ppm mais un apport soudain de calcium à 5 ppm dans l’alimentation en eau rend la dose active insuffisante. Cette situation peut survenir pour de nombreuses raisons, comme la fermeture de la vanne de purge du circuit.

Dans un tel cas, on peut imaginer que la meilleure chose à faire soit d’ajouter de la solution. Toutefois, cet ajout présente le risque de surtraiter l’alimentation en eau.

Pour pallier à ce problème de fluctuations, NCH Europe a développé des modificateurs de cristaux qui renforcent l’action des antitartres. En cas de variation de la concentration en calcium, les modificateurs changent la structure moléculaire du calcium. Les contours de la molécule de calcium sont lissés, ce qui l’empêche d’adhérer aux canalisations métalliques, éliminant le risque d’accumulation du tartre.

Un protocole sans faille

Après avoir remédié aux problèmes évidents, il n’y a plus qu’à suivre un protocole de traitement pour maîtriser les contaminants. Une bonne stratégie de traitement ne repose pas uniquement sur le traitement de l’eau avec le même produit tous les mois mais sur l’analyse régulière de l’eau afin de s’adapter en conséquence.

Les analyses ne sont jamais identiques, c’est pourquoi il est crucial que les fournisseurs apportent leur soutien et leur expertise en matière de traitement de l’eau. NCH Europe dispose d’un bagage technique solide et nous faisons en sorte que chaque client reçoive une solution de traitement sur mesure et efficace.

D’une certaine façon, le traitement de l’eau n’est pas qu’un numéro d’équilibriste mais une vraie performance de chef de piste. En tenant compte de l’ensemble des détails, vous pouvez maintenir votre tour aéroréfrigérante en bon état de marche et empêcher un temps d’arrêt si coûteux.